11 2019 M 00 00 01 Nouakchott 04/11/2019 les travaux d’un atelier de formation sur les procédures et mécanismes onusiens pour évaluer la situation des droits de l’Homme dans les pays, procédures connues sous le vocable « Examen Périodique Universel », ont débuté ce lundi à Nouakchott. Organisée par

le Commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile (CDHRSC)en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), cette rencontre vise à renforcer et à promouvoir le rendement des membres du comité technique chargé de rédiger les rapports relatifs aux conventions ratifiées par notre pays en matière de droits de l’homme.

Tout au long des trois jours durant lesquels se poursuivra cette assise, les participants suivront l'intervention et la présentation des afférentes aux systèmes onusiens des droits de l’homme, aux instruments internationaux de protection des droits de l’homme au rôle comités des conventions internationales et aux procédures spécifiques au Conseil des Droits de l’Homme.

Le commissaire adjoint aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile, M. Rassoul Ould El Khali, a affirmé dans son allocution que cet atelier intervient dans le cadre de la préparation du processus du 3ème round du mécanisme d’Examen Périodique Universel (EPU) qui aura lieu en Mauritanie à la fin de l’année prochaine.

Il a indiqué que l’atelier vise à renforcer les capacités techniques et cognitives des membres du comité technique chargé de rédiger les rapports ; comité auquel incombe le suivi de l’exécution des recommandations émises par les comités des conventions, ainsi que les recommandations du groupe de travail des Nations Unies chargé de l’EPU.

De son côté, le représentant de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), M.Salvatore Sacchi, a souligné que son organisation établit l’EPU, qui est un mécanisme créé en 2008 pour accompagner les pays francophones. Il s’agit d’un programme ambitieux ayant des objectifs tant quantitatifs que qualitatifs en vue d’améliorer la situation des droits de l’homme au sein de tous les pays membres de l’ONU.

Il a ajouté que l’OIF s’efforce de concrétiser l’avènement de la démocratie, de l’État de droit et des droits de l’homme, qui sont des conditions sine qua none de l’amélioration socioéconomique.
Enfin, il ajoute que l’Organisation Internationale de la Francophonie mobilise les ressources nécessaires et présente l’expertise en vue d’accompagner les pays membres dans leurs processus démocratiques et d’impulser les meilleures pratiques et expériences en vigueur.

Les travaux de l’atelier se sont déroulés en présence du Secrétaire Général de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et du directeur des droits de l’homme au sein du Commissariat.(ami)