24 10 2017 S000004Nouakchott,  24/10/2017  -  Les travaux d’un atelier de formation au profit des membres du comité technique chargé de l’élaboration des rapports destinés aux organes des conventions onusiennes chargées des droits de l’homme , organisé par le commissariat des droits de l’homme et de l’action humanitaire en collaboration avec le bureau du Commissariat des Nations Unies des Droits de l’Homme, sur la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, ont démarré lundi à Nouakchott.

A cette occasion, le Commissaire aux Droits de l’Homme et à l’Action humanitaire, M. Cheikh Tourad Ould Abdelmaleck, a indiqué que l’adoption par la Mauritanie de la convention internationale pour la protection des personnes contre les disparitions forcées couronne le processus de son adhésion aux conventions et accords internationaux essentiels en rapport avec les droits de l’homme.

Il a souligné que le gouvernement a œuvré, conformément aux directives du Président de la République visant à accompagner positivement les différents mécanismes internationaux des droits de l’homme, à l’élaboration de l’ensemble des rapports destinés aux différents organes des conventions des Nations unies.

Pour sa part, le représentant du Bureau du Haut-Commissariat aux Droits de l’homme des Nations Unies en Mauritanie, M. Ekhard Strauss, a indiqué que l’Assemblée générale a adoptée il y a un peu plus de dix ans, à l’unanimité, la convention internationale pour la protection de toutes les personnes de la disparition forcée.

Il s’agit, a-t-il dit, d’un traité historique qui a développé et adapté le droit international des droits de l’homme, humanitaire et pénal, en vue de protéger les personnes du crime de disparition forcée.

Il a enfin exhorté les participants à tirer le maximum de profit de cette formation, réitérant la poursuite de la coopération de son institution avec le Commissariat aux Droits de l’Homme et à l’Action humanitaire.